sobriété déchets

Table ronde n°4 : sobriété et recyclage

Solutions locales pour une sobriété heureuse globale?

La sobriété à tous échelons (individu, famille, entreprise, commune, agglo, territoire…) est la base de toute forme de transition  

 

LA Sobriété … Pourquoi ?

Etat des lieux 1

Réchauffement climatique ! L’Europe nous demande de réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Le « paquet climat-énergie » adopté en 2008 fixe comme objectif l’atteinte des « 3 x 20 » pour 2020 : réduire de 20% les émissions de GES, améliorer de 20% l’efficacité énergétique et porter à 20% la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie (23% pour la France).

La France s’est engagée en 2005 (loi POPE) puis en 2009 (loi Grenelle 1) à diviser ses émissions de GES par 4 d’ici 2050 – c’est que l’on appelle le « Facteur 4 ».

Comment en tant que citoyen prendre part à cet effort de réduction des émission de gaz à effet de serre? 

Etat des lieux 2

Le pic de production de pétrole (ou encore pic de Hubert) a atteint son apogée. La ressource va progressivement se tarir, son prix augmenter si fort que même si 20 années de production sont estimées, le particulier en aura de moins en moins la primeur. Plus de cinquante années d’habitudes quotidiennes, ou l’économie, tout le modèle français s’est adapté et lié à l’or noir: industrie, réseau routier, matériaux, matériels, notre sens moral

Devons-nous attendre la pénurie, trouver des solutions d’urgence, à la dernière minute, au risque de découvrir qu’elles sont finalement inadaptées, ou nuisibles, comme nombre de solutions existantes? Ou dès à présent réfléchir un territoirepost-pétrole. Transport, énergie, alimentation, habitat, comportement humain…

La Région lance un Appel à Manifestation d’Intérêt Territoires à Energie Positive, qui vise à rechercher des bassins de vie désireux de mettre en place dans la durée des actions efficaces et ambitieuses en matière de Transition Energétique. Le Syndicat Mixte du Pays du Bugey a répondu présent, et c’est bien, mais attention : plus qu’un projet

de territoire, c’est tout d’abord un projet d’Humains collaborant sur leur sol nourricier. Reste donc le travail le plus conséquent : insuffler la prise de conscience à toutes et tous de la hauteur de l’enjeu, de la plus-value générée par l’exemplarité, et aussi d’insister sur le fait que CHACUN devra participer à l’effort collectif.

Et voici ainsi, pour ce type de projet, tout l’intérêt de se référer à nos associations locales, aux compétences professionnelles dans leurs spécialités, adaptées aux différentes thématiques de la transition, en lien avec les citoyens, sympathisants, et bien souvent garde-fous des politiques et lobbies aux grands projets inutiles.

Etat des lieux 3

On admet facilement que leconfort de base telle qu’on le définit aujourd’hui prend en considération des besoins accessoires aux besoins fondamentaux de l’homme: 40m2/habitant, 2 WC, double vasque et double garage (sans les voitures dedans, mais emplacement pour deuxième congélateur…)

Si 86 % de tous matériaux, matériels, et systèmes prêts à l’emploi vendus en grandes-surfaces, destinés à servir ce confort de « luxe », sont donc considéré standards ou ‘forme de sur-consommation’, les 14 % restants (matières premières pour la plupart) participant au confort de base évalué avec bon sens constituent notre premier besoin. Ils sont de surcroit disponibles localement, hors circuits de distribution.

Réduire la part du ‘de luxe’ aurait le mérite en plus d’éviter la déprise agricole ; on pourrait en intégrer des jardins populaires en lieu et place des dizaines et dizaines d’enseignes spécialisées. De la verdure, des dessertes cyclables et piétonnes…

 

 PASSONS A L’ACTION!

Mon atelier proposera un temps d’échange sur les ‘Solutions locales pour une sobriété heureuse globale’ :

  • Matériaux et revalorisation

  • Habitat de demain, minimaliste et biosourcé ? dimension humaine, qualité (mise en œuvre, confort, air intérieur…), choix (cadres de projets, matériaux, fonctionnalité, entretien courant…), formes habitats alternatifs, …

  • Equipements de la maison / déchets : des solutions venant des comportements individuels plus que par les outils ‘crées pour camoufler’ : déchetteries…

  • Mutualisation ? Jusqu’à quel point ? Potentiels : Centrales d’achat, achat groupé (Castors RA …), SEL, pièces communes d’habitats groupés, transition et mutualisation d’utopies individuelles réalisables collectivement…

Les solutions les plus simples sont a saisir par exemple participer à l’opération du SIVOM et hélianthes  qui consiste à adopter des poules pondeuses  « adopte une cocotte » en échange de comptabiliser les déchets ménagers qu’on leur fournis en guise de nourriture et qui ne vont pas dans la poubelle! réduire les déchets fin de repas, cuisine.. et récolter les œufs!

 

Vous avez des idées, une solution à un problème récurrent de votre quotidien ? Vous avez mis quelque chose en place, ça fonctionne ? Est-ce transférable et peut servir l’intérêt collectif ? Du berceau à la tombe, le projet, l’idée, l’action est-elle soutenable sur le long terme ? Prêts ? Parlons en !

Vincent Perdrix

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s