Les ateliers nature des 4 saisons

Envie de détente et de nature ?

Envie de prendre soin de vous et de vous régaler avec les plantes !

Les Journées d’ateliers nature des 4 saisons organisées par Foyer Rural de Ceyzérieu, sont pour vous !

La première journée sur le thème de l’automne aura lieu vendredi 21 octobre : réservez dès maintenant !

4 DATES A NOTER!

ateliers-nature-octobre

Au programme

Fabrication d’hydrolats pour la santé, la beauté et la cuisine avec Fabienne Morel des Ateliers du temps pour soi (lien)

Atelier Land Art selon l’énergie de l’automne par les chinois pour se reconnecter à la nature (mandalas et guirlandes de feuilles) avec Lydie Georges de Tous Land Artistes

Pique-nique partagé à midi

Tarifs

ADULTES : 60 € / an + 12 € d’adhésion annuelle

ou 19 € la journée + 3 € pour les non adhérents

ENFANTS : 20 € / an + 12 € d’adhésion annuelle

ou 9 € la journée + 3 € pour les non adhérents

Rdv à la petite salle de la salle des fêtes de Ceyzérieu à 9h30. Fin prévue à 16h30

Inscriptions obligatoires : au 06 30 69 92 00

Plus d’infos http://foyerruralceyzerieu.wixsite.com/ceyzerieu/ateliers-nature

Ce mail peut intéresser des personnes de votre entourage ? Faites tourner !

Lydie Georges

 

Médiatrice artistique
06 30 69 92 00

Restitution de la table ronde n°6 : système de soin en transition, être acteur de sa santé

DSC_0618_11670

Le samedi 28 juin 2014, nous nous sommes entre autre réunis autour d’une table ronde pour débattre de ce grand sujet.

Nous étions une vingtaine de personnes dont quelques professionnels. Nous avons commencé par un état des lieux du système actuel en ayant pour objectif de souligner ses failles, tout le monde était d’accord sur les points suivants :

  • Que les médecins sont plein de préjugés sur les médecines alternatives et complémentaires, qu’ils sont bloqués par l’ordre des médecins car ils risquent leur droit d’exercer à donner des conseils en marge de la norme. Ainsi les recommandations pour des thérapies « autres » sont rares et le patient a peur de tomber sur des charlatans. La formation des thérapeutes de pratiques complémentaires n’est pas régie par l’Etat, nous ne pouvons donc pas savoir en tant que patient si cette formation « tient la route ».

  • Que la gratuité des médicaments ne nous encourage pas à être acteur

  • Que l’on manque de respect à son corps et à l’environnement. Avec l’empoisonnement de l’environnement par le biais des médicaments qui polluent les sols et l’eau par exemple. Mais aussi notre empoisonnement avec les vaccins, pesticides, effets secondaires des médicaments, alimentation non adaptée et polluée…

  • Que c’est un vrai parcours du combattant pour le patient à la recherche d’informations autres que celles conventionnelles.

  • Qu’il y a un manque de lien entre les thérapeutes pour un parcours de soin coordonné.

  • Que parfois en 10/15min le temps d’écoute du médecin traditionnel n’est pas suffisant pour désamorcer le désarroi, la peur et les questions du patient, que le patient n’est pas qu’un corps et que la sphère mentale et émotionnelle est parfois mise de côté.

  • Ce n’est pas un rejet total de la médecine qui est en grand progrès et qui sauve beaucoup de vies, c’est juste un constat qu’elle n’est pas en mesure de répondre à tous les besoins ainsi le patient cherche à répondre par lui-même à ces besoins.

Suite à cet état des lieux, nous avons envisagé de trouver des solutions à mettre en place localement pour pallier à ces carences. Le manque le plus concret étant le manque de lien (entre les thérapeutes, entre médecine chimique et complémentaires, entre patients et thérapeutes, entre l’information et le patient…)

Deux projets sont ressortis du débat :

  • Un regroupement de plusieurs association de Belley (J’art d’Ain partagé, les Senteurielles, Santé-vous Bien !, Graine de colibri, Société des Naturalistes) en partenariat avec des acteurs locaux comme la médiathèque ou Aromary. Dans le but de créer un lieu, un jardin de plantes médicinales. Ce regroupement d’association se verra dans le projet d’informer, de former, de mettre en place des ateliers d’horti-thérapie pour transmettre leur savoir botanique ou thérapeutique sur les plantes locales sauvages ou à cultiver qui soignent. Pour que chacun (patients, citoyens, enfants écoliers) puisse connaître des remèdes simples à la portée de tous.

  • Le deuxième projet serait la mise en place d’un collectif « d’im-patients » qui cesse de patienter et d’être passif dans leur maladie et qui décideraient de se réunir pour se passer les infos. Pour former petit à petit une banque d’information locale (répertoire de thérapeute, remèdes de grand-mère, livres à lire…) et ainsi s’émanciper, être acteur dans leur chemin de guérison. Une sorte de bouche à oreille simplifié.

Le dimanche 29 août, Ariane Jacquet, Réflexologue et Lise Lohéac, Conseillère en fleurs de Bach ont tenu le stand de la « Santé en transition » en informant sur ces deux pratiques complémentaires.

DSC_0617_11669